Vacances tendances : aujourd'hui comme hier ?

camping en famille
Ça y est, elles sont enfin là, ces vacances dont nous avons rêvé pendant les mois d’hiver et dont le printemps nous a donné un avant-goût avec ses belles journées et ses ponts du mois de mai. Mais qui part en vacances aujourd’hui ? Part-on comme avant ?
Comme pour le reste, nous ne sommes pas tous égaux devant les vacances puisque 80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Au milieu des années 1990, les deux tiers des Français déclaraient partir en vacances (66 %). Le taux de départ en vacances a ensuite diminué petit à petit jusqu’à tomber à 52 % en 2008, en pleine crise économique. Depuis 2011, il repart à la hausse et atteint 60 % selon les données du Crédoc (juin 2014).


Car, pour partir, il faut d’abord en avoir les moyens. 40 % des personnes aux revenus inférieurs à 1 200 euros mensuels ont quitté leur domicile pour des congés en 2014, contre 86 % de celles qui disposent de plus de 3 000 euros. Un « budget vacances » pour une famille peut représenter plusieurs milliers d’euros : impossible pour la majorité des bas salaires.
Lingerie broderie anglaise made in france Fleurs Pois et Cie

Partir dépend aussi du milieu social. 82 % des cadres supérieurs partent en congés contre 47 % des ouvriers. Plus on monte dans l’échelle sociale, plus on a de chances de partir en vacances. Parce que l’on gagne davantage, mais aussi parce que cela fait partie de son mode de vie. On a eu par exemple, l’habitude de partir étant jeune.
En définitive, peu importe ces chiffres car le plus important est bien d’être en vacances entouré de ceux qu’on aime et qui vous aiment. Et puis, même sans partir, c’est le moment de vous offrir des petits plaisirs qui ne vous coûteront rien ou pas grand-chose : faire la grasse matinée ou la sieste, lire un bon bouquin, flâner le nez au vent dans les rues de votre bonne vieille ville sans avoir l’œil sur la montre, inventer des jeux avec vos plus jeunes enfants (une chasse au trésor dans le jardin ou la maison)… Bref, tout ce qui vous fera plaisir.

Les Français ne partent plus comme avant 

La marmotte et le papier alu

Autre fait : si depuis 2011, les Français repartent en vacances, ce n’est plus de la même façon. La bronzette perd du terrain face à la culture et la nature qui attirent de plus en plus d’adeptes. Ce sont les dermatos qui vont être contents !
En tête de la nature, la "montagne en été" pour son calme,  sa verdure et l’éloignement des foules de touristes trop importantes sur les côtes maritimes. C’est vrai que tremper ses pieds dans un torrent, c’est sympa. Et puis, en cherchant bien, vous apercevrez peut-être les marmottes qui mettent le chocolat dans le papier alu…

Astérix et le diner
Autre tendance : "Les vacances malignes" qui consistent pour 39% des vacanciers, à partir pour le moins cher possible sachant que depuis 2007 le pouvoir d’achat des ménages baisse continuellement, selon l’Insee et qu’ il n’est pas plus élevé aujourd’hui qu’il y a dix ans.
 
 Là, plusieurs options :
·  Partir hors saison si vous êtes sans enfants, si vos poussins ont quitté le nid ou si vous êtes à la retraite.
· Choisir un séjour ou une location en promotion, réservables quelques jours seulement avant le départ. Ainsi, vous pourrez économiser parfois, jusqu’à la moitié du prix affiché. Bien évidemment, il ne faut pas avoir une idée trop précise de son point de chute : on prend ce qu’il y a et on y va.
·  Enfin, la solution probablement la plus économique : Partir faire la tournée de la famille et des amis. Vous y perdrez en intimité mais y gagnerez en convivialité à condition de bien s’entendre avec vos hôtes sinon gare aux engueulades, bouderies, remarques venimeuses et autres grincements de dents. 
On note aussi, l’attractivité des festivals toujours très forte. Les manifestations festives et culturelles attirent en effet, de plus en plus de vacanciers qui n’hésitent pas à associer leur lieu de villégiatures aux grosses animations comme les festivals de musiques, les sons et lumières ou encore les fameuses ferias.

Cabane

Enfin, dernière tendance : les vacances insolites. Le tipi indien, la yourte mongole et la cabane dans les arbres attirent chaque année, un peu plus de gens lassés de se faire cuire sur le sable entre l’odeur des chichis et le ballon du petit monstre des voisins de serviette, petit monstre que vous recroiserez le soir au resto ou devant le marchand de glaces en train de piquer un caprice . D’autant que souvent, ces nouveaux types d’habitat pour séjour court se situent dans des endroits calmes et retirés.

Quoiqu’il en soit et quel que soit votre choix, faites tout ce que vous pouvez pour partir de chez vous, pour être plus heureux. En effet, l’enquête du CREDOC met en évidence que les Français qui partent en vacances sont plus heureux que leurs concitoyens qui ne partent pas. Le bénéfice principal que l’on retire de ses vacances, même en cours séjour, est de pouvoir s’aérer les idées, oublier un temps ses soucis du quotidien et pouvoir se détendre enfin, l’esprit libéré des contraintes habituelles. Si en plus, vous glissez dans vos bagages de la lingerie Fleurs Pois & Cie en coton, vous serez au top de la douceur.
Bonnes vacances à tous.
Véronique

Source :
Observatoire des inégalités
Mieux-vivre-autrement