Pourquoi premier soleil rime avec vanille fraise

Le voilà, il vient d'arriver après s'être caché pendant des semaines !!! Il est là à nous empêcher presque de sortir tellement il nous vrille la peau. Mais, nous en avons envie de ses premiers rayons là. Alors, dans un premier temps, c'est le supplice de la cabine d'essayage avec toujours ses éclairages à la noix, qui font ressortir toutes les imperfections de notre jolie peau. Je ne sais pas si un jour, quelqu'un pensera à changer cela, mais, je suis sûre que lorsque ce sera le cas, les marques de maillots de bains vendront cinq fois plus.

Bref, entre le noir passe partout, le deux ou une pièce, nous ressortons en général avec une furieuse envie de nous mettre à la diète le soir même, ce que nous oublions instantanément quand notre chéri nous apporte un petit verre de vin pendant la pause "épluchons les légumes ensemble".

C'est le week-end. Il est toujours là avec ses rayons ardents et nous partons joyeusement soit à la plage, au lac, tout simplement sur notre terrasse ou au fond de notre jardin, avec pour les plus chanceux une piscine.

Ahhhh, lézarder au soleil ! Pour peu que les vagues nous bercent ou que le clapotis du lac nous fasse le même effet, nous voilà partis dans les bras de Dame Morphée. Si en plus vous n'avez pas d'enfants qui chahutent trop près et sournoisement, mais volontairement, c'est parti pour deux bonnes heures de sieste réparatrices.

Ensuite dès que la brise du soir commence à se lever, vous êtes toute groggy, vous renfilez votre jolie journette  Louise et vous repartez direction maison, douche et crème.

C'est avec l'eau que cela pique un peu et puis la crème arrive et là c'est, comment dire, juste froid et désagréable. Et comme vous étiez encore sur votre petit nuage, vous n'aviez pas bien vu !!! Vanille fraise, comme tous les ans, sans compromis, le coup de soleil est là, la peau tire et vous savez déjà que malgré toute la bonne volonté du monde, votre caraco et shorty Brigitte en vichy rose et blanc ne seront pas mettables cette nuit et qu'il vous faudra supporter le coton des draps.

C'est comme ça tous les ans. On n'y peut rien. Nous sommes faites ainsi, et puis on oublie petit à petit, notre peau s'adapte, le hâle remplace la fraise écrasée et nous nous sentons heureuses.

Allez un peu d'Aloé Véra et je pourrai continuer mon travail sans que mon chemisier en coton léger me gêne.

Bises à vous toutes

Caroline
le soleil et la peau